Menu

Kousseri, les femmes au front pour la survie de la famille.

KOUSSERI, LES FEMMES AU FRONT POUR LA SURVIE DE LA FAMILLE.

À Kousseri, par les temps qui courent, il faut se battre tous les jours et par tous les moyens, pour nourrir sa famille et, quand c’est possible, envoyer les enfants à l’école.

Les femmes, jeunes et moins jeunes, ont prouvé qu’elles ont une grande capacité d’adaptation à la nouvelle situation que nous impose la secte BOKO HARAM dans la Région de l’Extrême Nord.

En effet, depuis 3 ans environ, les échanges sont suspendus avec le Nigeria et limités avec N’Djamena, la capitale du Tchad, depuis que cette ville a connu, elle aussi, les attaques sanglantes de cette secte terroriste.

En plus, la seule voie qui relie Kousseri au reste du Cameroun, est dans un état déplorable : il faut 7 à 9 heures pour parcourir les 360 km qui séparent Kousseri de Maroua.

Conséquence des faits, le marché de Kousseri est devenu le centre de gravité et l’espoir de tous les débrouillards et des déplacés de la ville. C’est le lieu le plus indiqué pour nos vaillantes combattantes de proposer tout ce qui peu se vendre, pour gagner un peu d’argent et ramener quelques koro de mil à la maison.

Ainsi va la vie au quotidien à Kousseri pour de nombreuses femmes devenues chefs de famille par la force des choses.

Pour elles, à chaque jour suffit sa peine et demain sera un autre jour... Et le combat reprendra à zéro avec le fragile et hasardeux espoir de ramener toujours quelque chose à la famille.

D’où tirent-elles cette force mentale et physique inattendue ?

back to top
Bookmakers bonuses with gbetting.co.uk click here