UN MARATHON RENFORCE LES LIENS D’AMITIÉ

0
285

Pour magnifier la relation entre les deux pays, un marathon vient de se dérouler sur les artères des villes de Ndjamena capitale du Tchad et Kousseri, capitale du département du Logone et Chari au Cameroun.

Les Républiques du Tchad et du Cameroun sont unies par l’histoire. Les peuples des deux côtés du fleuve Logone, frontière naturelle entre eux partagent des liens de sang. En Afrique centrale, le passage par le pont Ngueli qui relie les deux pays est fluide. C’est inédit dans la sous-région où les frontières sont de véritables murs de Berlin pour les hommes et les biens. Pour magnifier cette embellie, un marathon vient de se dérouler sur les artères des villes de Ndjamena capitale du Tchad tousserie capitale du département du Logone et Chari au Cameroun. Pour cette grande première, une distance d’une dizaine de kilomètres, soit cinq de chaque côté de la frontière a été retenue. Des athlètes des deux nationalités ont été enregistrés dans les catégories des jeunes filles et des jeunes hommes. Des officiels techniques, sous la supervision du président de la Fédération tchadienne d’athlétisme Me Hissène Ngaro par ailleurs vice-président dans la sous-région d’athlétisme, ont veillé sur la bonne organisation sportive de la manifestation. Des exécutifs municipaux, chefs traditionnels, députés et sénateurs ont assisté à l’événement. L’administration, avec en première ligne le préfet du département du Logone et Chari Me kondane Obounou et le chargé d’affaire de l’ambassade de la République du Cameroun au Tchad Oumarou Ncharé y étaient également  du Cameroun au Tchad Oumarou Ncharé y étaient également.

Ce dernier dira d’ailleurs que : « le sport est un vecteur de renforcement des liens entre les peuples. L’événement organisé est une des déclinaisons des hautes directives de Leurs Excellences le président Paul Biya du Cameroun et Idriss Deby Itno du Tchad qui ont appelé à un développement des interactions frontalières entre le Cameroun et le Tchad ».

 

Redonner espoir à la jeunesse Comme performances, Tchadiens et Camerounaise sont partagés les primes et les trophées mis en jeu. Chez les hommes, le vainqueur est un Camerounais élève au lycée mixte de Kousseri ; le nommé Abba Sali André à couvert la distance en 33 minutes 14 secondes. Ancien champion aux jeux Fenassco à N’Gaoundéré, il est spécialisé dans les 1500 et 5000     mètres. Chez les dames, la première est de nationalité tchadienne: Riab Abdoulaye est arrivée à la place des fêtes de Kousseri après44 minutes 20 secondes de course. Ses deux suivantes ne sont que des Tchadiennes. Ce marathon international était placé sous les hauts patronages des ministres tchadiens de la Promotion des jeunes, des Sports, et de l’Emploi et du ministre camerounais des Sports et de l’Education  physique.  C’est une  initiative  de  l’honorable Kamssouloum Abba Kabir, questeur à l’Assemblée nationale qui depuis une quinzaine d’années appuie ces activités afin de redonner l’espoir à une jeunesse de l’Extrême nord minée par la pauvreté  accentuée  avec  l’avènement  des  Boko  Haram.

D’ailleurs, les exactions de la secte se sont enregistrées dans toute la zone du bassin du Lac Tchad, l’appauvrissant davantage. C’est la raison pour laquelle il a été organisé des conférences internationales dans le cadre d’une plateforme appelée« Rencontres du Sahel  » auxquelles  s’est  greffé  le  marathon  international. Ndjamena- Kousseri fut un coup d’essai qui s’est rapidement transformé en coup de maître. L’évènement accueillera l’année prochaine d’autres pays tels le Nigeria et le Niger. Un coup de chapeau aux forces de l’ordre des deux côtés de la frontière, aux équipes sanitaires, grâce a elle, aucun incident n’a été déploré.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici